Tout savoir sur le diesel

On parle beaucoup de carburant, de dieselgate mais… que savons-nous sur le diesel ? Aujourd’hui l’équipe Carventura a décidé de regarder dans le rétroviseur et de faire un retour sur l’histoire du diesel. Ça vous dit ? Montez, on vous dit tout !

Quand le diesel est-il né ? 

Il faudra remonter au XIXème siècle pour voir apparaître le diesel. C’est l’ingénieur Rudolph Diesel qui, en 1892, dépose le brevet du moteur à huile lourde. L’utilisation de ce moteur diesel était alors destinée au monde de l’industrie et non pas de la mobilité urbaine. Machines industrielles, bateaux, locomotives et camions : le diesel (gazole) a su s’imposer pendant la révolution industrielle.  

Par la suite, en 1921, l’ingénieur Tartrais développe le moteur gazole sur la voiture. C’est auprès de Peugeot et Mercedes que le diesel a trouvé sa place. D’ailleurs, Mercedes est le premier constructeur automobile à tester son prototype de véhicule gazole. Le test est effectué sur les routes du Paris-Bordeaux à raison d’un petit 48km/h. C’est alors que débute la production de la Mercedes 260 D destinée aux taxis allemands. La seconde guerre mondiale ayant lieu, la production est stoppée mais le diesel n’a pas dit son dernier mot…

En 1949, Mercedes se relance dans la production de véhicules diesel. Dix ans plus tard, Peugeot se lance à son tour en produisant la 403 D. 

Peugeot 403 D (diesel)

Les années 80 et le diesel 

Les chocs pétroliers y sont sûrement pour beaucoup mais dans les années 80 le diesel intéresse de plus en plus les constructeurs. Mercedes et Peugeot sont alors suivis par d’autres marques dans la production de véhicules thermiques « nouveaux ». 

Rappelons d’ailleurs qu’au début de la décennie seulement 4% du parc automobile était équipé d’un moteur diesel. C’est pourquoi de nombreuses campagnes publicitaires faisaient la promotion de ce nouveau type de carburant grand public : plus économe, performant et enfin démocratisé. Une propagande suivie puisque la France est conquise en moins de dix ans. Les années 90 passent, le carburant a toujours la cote et viennent les années 2000…

Les années 2000, les années propres ?

Au début des années 2000, 1/3 des français roule au diesel (33%). Le coût à la pompe est peut être moins avantageux qu’auparavant mais il reste tout de même plus bas que l’essence. L’industrie change de discours concernant le diesel et le premier argument commercial est l’écologie avec moins d’émissions de CO2. D’année en année, le gazole séduit les français jusqu’à représenter plus du tiers de la flotte auto française. 

Les années 2000 : tant aimé et pourtant c’est le scandale

En 2008 éclate l’affaire Volkswagen, plus communément connue sous le nom de « Dieselgate ». Pour rappel, il s’agissait d’une affaire visant les constructeurs automobiles qui utilisaient des techniques frauduleuses pour réduire leurs émissions polluantes (NOx et CO2). Volkswagen, Audi, Skoda et Porsche sont alors mis en cause tout comme Renault, Citroën, Volvo ou encore Fiat.

En septembre 2018, l’affaire touche à sa fin et nous confirme que, selon l’EPA (Environmental Protection Agency), les émissions de NOx des véhicules diesel étaient sous évaluées par rapport aux normes. L’EPA met aussi en avant la question de la santé publique. En effet, la pollution par NOx pourrait avoir des effets nocifs sur l’Homme mais aussi l’environnement.

 

part du diesel dans le parc automobile

Et maintenant, a-t-il la cote ? 

Maintenant que le diesel est suivi en terme d’impact environnemental, il ne devrait plus y avoir de Dieselgate à proprement parler. Néanmoins, ce coup de pub négatif a eu un véritable impact sur les ventes de véhicules avec ce type de motorisation. Cette baisse des ventes a été suivie par l’arrêt de la production de certains modèles en diesel, comme on peut le voir du côté de chez Renault. Autre frein : l’arrivée massive des véhicules hybrides. Ces véhicules sont généralement à moteur essence, couplé à de l’électrique, et permettent de faire des économies parfois considérables face à un moteur gasoil. 

En bref, tous ces changements ont une part de responsabilité dans la dégringolade du diesel. On notera par exemple que les ventes de gazole baissent de plus en plus sur le marché français. En 2008, on constatait que 77% de véhicules neufs étaient vendus avec un moteur diesel alors qu’en 2019, il n’étaient plus que 34% à rouler au gasoil… Alors non, le diesel n’a plus la cote mais reste tout de même avantageux pour les gros rouleurs (généralement plus de 15 000km/an) et bénéficie encore de la prime à la conversion. 😉

Besoin de conseils avant l’achat d’une voiture ?

Nos coachs sont disponibles pour répondre à vos questions et vous orienter vers un moteur thermique, hybride ou même électrique en fonction de vos envies et de vos besoins. Envie d’en profiter ? Commencez par regarder nos annonces et contactez directement l’un de nos coachs.