Siège auto enfant : 5 choses importantes à savoir

Le siège auto est un indispensable à avoir en voiture pour assurer la sécurité des enfants. Obligatoire jusqu’à l’âge de 10 ans, le siège auto n’est pas aisé à choisir car il en existe une multitude. On vous donne les 5 informations clés à avoir en tête si c’est la première fois que vous devez réaliser cet achat. 

Vous êtes ou allez bientôt devenir parents ? 👶 Félicitations ! Pour vos trajets en voiture, il va falloir vous équiper d’un siège auto pour garantir la sécurité de votre enfant.

Premier conseil, avant de vous rendre en magasin ou de surfer sur le web, commencez par lister vos besoins et par établir un budget (neuf, comptez au moins entre 100 et 400 €). 

Côté besoins, par exemple : 

  • Souffrez-vous du dos ? Si c’est le cas, il sera sûrement préférable de vous orienter vers un siège auto qui pivote sur lui-même pour vous éviter des contorsions.
  • Prévoyez-vous de voyager à l’arrière à côté de votre/vos enfant(s) ? Si oui, alors, prenez garde aux dimensions de votre siège auto et à celles de votre véhicule de façon à être installé(e) assez confortablement.  

Aller, entrons dans le vif du sujet sur les 5 choses importantes à savoir ! 

N°1 : un siège auto homologué est obligatoire jusqu’à l’âge de 10 ans

En tant que parents, vous ne pourrez pas échapper au siège auto. En France, il est obligatoire jusqu’à l’âge de 10 ans et doit être adapté à la morphologie et au poids de l’enfant. 

Le siège doit être homologué avec la norme R44-04 (ou R44/04), bientôt amenée à disparaître, ou la dernière norme i-Size (ou R129), plus exigeante en matière de sécurité. La norme européenne i-Size/R129 remplace progressivement la R44-04. 

🔎 Sur les côtés du siège, recherchez les étiquettes présentant la norme appliquée, le fabricant et le schéma d’installation. C’est une obligation pour que le siège soit homologué.

N°2 : prévoyez d’acheter plusieurs sièges auto en fonction de l’âge de votre enfant

Vous pensiez investir une fois et que c’était réglé ? Détrompez-vous. Un enfant jusqu’à ses 10 ans grandit bien évidemment beaucoup. C’est pourquoi, le siège auto devra être changé au cours de l’enfance, 3 fois idéalement.

Il existe des sièges évolutifs mais ceux-ci ne sont pas vraiment recommandés. Imaginez un pull fait pour un nourrisson mais devant aussi aller à un enfant de 10 ans… Pas évident hein ? Eh bien, pour le siège auto c’est pareil. 

Pour respecter la réglementation avec la nouvelle norme i-Size/R129, il vous faudra donc investir dans…

  • Un siège bébé (siège coque ou nacelle) à positionner uniquement dos à la route, de la naissance à 10/15 mois environ. 
    • Pour une nacelle : la taille de l’enfant doit être de 40 à 70 cm, et son poids de 13 kg max.
    • Pour une coque : la taille de l’enfant doit être de 40 à 87 cm, et son poids de 13 kg max.
  • Un siège 2ème âge (généralement adapté entre 10/15 mois et 4/5 ans) : l’enfant doit mesurer entre 61 cm et 105 cm et peser de 18 à 23 kg. 
  • Un réhausseur avec dossier, face à la route (généralement adapté pour un enfant de 4/5 ans à 10/12 ans) : l’enfant doit mesurer entre 100 cm et 150 cm.

👉 Dès 10 ans et une taille minimale de 1m50, un enfant peut monter à l’avant d’une voiture et mettre sa ceinture normalement. Attention, gardez en tête que le bassin de l’enfant n’est vraiment solide qu’à partir de 12 ans. Il est donc préférable de garder le réhausseur jusqu’à cet âge dans la mesure du possible.

N°3 : la position du siège dans la voiture 

De préférence, le siège doit être positionné à l’arrière du véhicule, dos à la route le plus longtemps possible (sauf réhausseur). D’ailleurs, la réglementation i-Size/R129 rend obligatoire le positionnement dos à la route jusqu’à l’âge de 15 mois. 

Dans certains cas, le siège auto peut être installé à l’avant :

  • Avec un dispositif bébé “dos à la route” sur le siège avant passager avec airbag désactivé ;
  • S’il n’y a pas de banquette arrière ou que celle-ci n’est pas équipée de ceintures ;
  • Si les sièges arrière sont inaccessibles ou inutilisables.

Le conducteur qui contrevient à ces obligations risque une amende pouvant aller jusqu’à 750 €. En général, il s’agit d’une amende forfaitaire de 135 €. En revanche, pas de perte de points sur le permis de conduire. Plus d’infos sur les règles à respecter ici.

N°4 : vérifiez la compatibilité de votre véhicule avec le siège auto

Il existe deux systèmes d’attache pour les sièges auto :

  • Avec la ceinture de sécurité
  • Avec le système Isofix qui permet d’attacher le siège auto sans avoir besoin d’utiliser la ceinture de sécurité.

Le système Isofix est celui que nous vous recommandons car il est plus sécuritaire, bien qu’un peu plus coûteux (50 € à 100 € de plus qu’un siège ceinturé). Cette fixation permet de bien installer le siège auto et d’en assurer la stabilité. Pas de risque d’inclinaison dans les virages ou que le siège glisse sur la banquette. 

Toutes les voitures neuves possèdent obligatoirement des attaches Isofix depuis le début de l’année 2011. Mais attention ! Tous les sièges Isofix ne sont pas compatibles avec toutes les voitures. 

Lorsque vous consultez les fiches produits des sièges auto, prêtez donc bien attention à leur compatibilité avec votre véhicule. Sachez qu’il est possible que le siège n’ait pas été testé avec tous les modèles de voitures, et que ce soit malgré tout compatible. Renseignez-vous auprès d’un vendeur et/ou consultez la notice de votre voiture, notamment pour les problématiques de coffres de sol (rapport à la jambe de fixation du siège auto).

N°5 : acheter d’occasion un siège auto, un bon plan ?

Acheter un/des sièges auto représente donc un budget non négligeable pour une famille (entre 100 et 400 euros neuf selon la gamme et le type de siège). Il peut donc être tentant de vouloir en acheter d’occasion. 

Cela est bien sûr possible, simplement nous vous recommandons dans ce cas d’acheter uniquement auprès d’une personne en qui vous avez (vraiment) confiance.

En effet, un siège auto est un élément de protection au même titre qu’un airbag. Il ne peut servir qu’une fois avec un niveau de sécurité maximal. Si à l’œil nu le siège peut paraître neuf, il se peut pourtant que les fixations, les harnais… aient été abîmés lors d’un freinage brusque ou un choc. 

En cas d’accident, si vous achetez neuf, selon votre assurance, vous pourriez obtenir un remplacement de votre siège auto. Certaines marques comme Kiddy ou Bébéconfort le proposent également. Pour cela, conservez bien votre preuve d’achat et indiquez sur le constat la présence d’un siège auto.


Ça y est, vous êtes prêt(e) pour vous lancer à la recherche du siège auto parfait ! Et si vous avez aussi besoin de changer de voiture car la famille s’agrandit, jetez un œil à notre sélection des voitures avec un grand coffre et à notre catalogue de véhicules d’occasion, tous inspectés en amont par un professionnel indépendant et sous garantie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *