Nouveau contrôle technique : ce qui change à partir du 20 mai 2018

Allons, allons. Un peu de changement et c’est la panique à bord ? On sait bien que modifier ses habitudes n’a rien de facile. Surtout quand c’est un peu technique, qu’on parle administratif et voiture. Alors pour arrêter de voir ce nouveau contrôle technique comme une mer à boire, voici quelques explications simples et pratiques. Promis, tout va rouler sans accroc !

Pourquoi ça change, déjà ?

Ben c’est vrai, ça. Par quelle envie soudaine, on change un processus qui existe depuis 1992 ?

Figurez-vous que la demande vient de l’Union Européenne qui a demandé à ce qu’on approfondisse le contrôle des véhicules pour :

  • surveiller la sécurité et la qualité de ces derniers (véhicules dangereux ou trop polluants)
  • réduire de moitié le nombre d’accidentés sur les routes d’ici 2020
  • harmoniser le processus au niveau européen.

 On s’aligne, donc, pour le bien-être de tous !

Comment va se passer le nouveau contrôle technique :

Points de contrôle
Les points de contrôle seront plus nombreux : identification du véhicule, équipements de freinage, direction, éclairage, visibilité, liaison au sol, châssis, autre matériel et nuisances seront vérifiés.

Niveaux de défaillance
Suite à cela, on observera trois niveaux de défaillance au lieu de deux auparavant : mineure, majeure et critique. 
Si tout va bien, vous repartez avec votre vignette valable deux ans. Si le contrôleur trouve une défaillance majeure sans défaillance critique, vous pouvez repartir mais vous avez deux mois pour la réparation et la contre-visite. Si la défaillance est critique, le véhicule devra être amené au garage le jour même. Par conséquent, le temps de contrôle sera allongé de 15 minutes et le nombre de contre-visite risque lui aussi d’augmenter.

Bon à savoir 
Si vous n’effectuez pas votre contrôle technique ou que vous ne vous rendez pas à une contre-visite, vous serez passible d’une amende de 135€. Dans le pire des cas, votre carte grise peut être retirée et votre voiture mise en fourrière. Les tarifs vont également changer. Forcément, vu que les contrôles et les contre-visites vont prendre plus de temps, les centres de contrôle technique annoncent une hausse de 15 à 20%. Cependant, les tarifs étant fixés librement, ils pourraient s’ajuster en fonction de la concurrence. (On croise les doigts.)
PS : souvenez-vous qu’avant le 20 mai 2018 l’examen coûtait 65€ et la contre-visite en moyenne 14€.

Nos conseils :

Quand faire mon contrôle technique ?

Le contrôle technique concerne les véhicules de plus de 4 ans.Vous devez effectuer le premier contrôle dans les 6 mois précédant la date du 4ème anniversaire, puis ensuite ce sera tous les 2 ans. Personne ne vous le rappellera, alors soyez vigilants ! Attention, le contrôle technique doit aussi s’effectuer en cas de revente à un particulier et doit dater de moins de six mois.

Comment préparer son véhicule au contrôle technique ?

Les nouvelles mesures vont sans doute vous pousser à anticiper l’examen.Tout d’abord, on ne vous apprend rien en vous conseillant d’entretenir régulièrement votre voiture. Mais faites-le pour de vrai car ça pourra vous éviter la défaillance critique et donc la contre-visite.Sachez aussi que certains points de contrôle peuvent être pré-examinés par vous-même. Si, si. Pas besoin d’être un mécano dans l’âme pour vérifier l’usure des freins, les rétroviseurs, le fonctionnement des feux, l’état des sièges ou de la carrosserie, etc.

Bon plan

Vous pouvez trouver des tarifs avantageux pour votre contrôle technique, notamment en vous rendant dans un centre en heures creuses. Aussi, la start-up ControleTechniqueGratuit.com vous propose d’effectuer l’examen gratuitement si vous remplissez un questionnaire avec quelques données à destination des industriels automobiles.

Alors voilà, vous savez tout maintenant. Y’a plus qu’à !

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *