Le point de vue de l’expert : « La transformation digitale, talon d’Achille de l’industrie automobile »

Une tribune par Frédéric Lecroart, CEO et cofondateur de Carventura.com

La crise sanitaire qui touche le monde entier a mis l’économie mondiale sur pause. L’industrie automobile est ébranlée de toute part. Personne ne s’était préparé à un arrêt aussi brutal, allant du constructeur au revendeur : la chaîne sans ses maillons ne fonctionne plus.

Les entreprises, quels que soient leur taille ou leur secteur, sont touchées. Tous les secteurs sauf un qui résiste au Covid-19 : le digital. Si toutes les grandes industries avaient amorcé en amont leur transformation digitale, auraient-elles appréhendé la crise différemment ?

Car la voiture est essentielle dans notre quotidien. Elle permet de se rendre au travail, d’emmener les enfants à l’école, de faire ses courses, de rendre visite aux proches, de partir en vacances… Elle nous permet de nous déplacer en liberté, sans attendre et est absolument indispensable à une majorité des Français, principalement ceux qui habitent en milieu rural où il y a une absence de desserte publique.

Mais la voiture peut désormais avancer toute seule, mais pas le monde de l’automobile.

Le secteur automobile est l’un des plus touchés depuis le début de la crise

Constructeurs automobiles, concessionnaires, distributeurs, garages indépendants ou franchisés, personne n’est épargné par l’impact du covid-19. Entre l’arrêt des usines, qui reprennent à peine leur activité et les fermetures obligées des points de vente ou de réparations, le manque à gagner pour l’année 2020 sera criant. Le premier trimestre 2020 a été compliqué pour le commerce de véhicules neufs avec une chute de 72,2% des ventes selon les derniers chiffres du Comité des Constructeurs Français d’Automobiles (CCFA).

Est-ce que cela aurait pu être évité ? Atténué ? Une chose est sûre, si le marché automobile veut pouvoir se relever c’est toute une filière qui doit se réinventer, dès maintenant. La révolution digitale doit se poursuivre et les industriels / constructeurs auront tout intérêt à s’entourer de partenaires pour la déployer. La coopération doit exister à tous les niveaux.

La crise du covid-19 a pointé du doigt les lacunes de l’industrie.

L’avenir n’est plus au neuf –  qui coûtera trop cher aux ménages –, il sera réservé pour le secteur professionnel. Mais la famille de quatre enfants, le jeune qui vient d’avoir son permis, l’homme qui doit parcourir plusieurs kilomètres pour se rendre au travail ou encore l’aide-soignante qui utilise son véhicule pour aller de maison en maison, tous ces gens-là, vont se tourner vers le marché de l’occasion. Plus accessible, plus rapide en livrable, plus actuel dans la pratique d’achat.

C’est, malheureusement, face à des situations d’urgence qu’il y a une prise de conscience et que de nouveaux modèles voient le jour. Que de nouveaux modes de consommation sont adoptés. Dernier exemple en date, la pratique du covoiturage qui a largement été plébiscitée pendant les dernières grèves en décembre 2019.

Sur le secteur de l’automobile, des révolutions existent déjà : il est aujourd’hui possible d’acheter sa voiture en ligne – notamment les voitures d’occasions – avec visite virtuelle, paiement sécurisé en ligne et livraison d’un véhicule désinfecté / sans contact à domicile.

Ces modèles qui ont su anticiper et mettre l’innovation de la technologie, du digital, au service des gens pour faciliter leur quotidien. Ce sont ces acteurs, ceux qui ont su s’adapter à une situation sans précédent pour accompagner tous les Français face à cette crise, qui sont les maillons manquants de la chaîne.

Demain, il est évident que le véhicule d’occasion sera une locomotive pour les professionnels et le premier choix pour le consommateur final qui subit la baisse de son pouvoir d’achat.

Le grand défi de l’industrie automobile sera de concrétiser cette transformation digitale sur l’ensemble des maillons de la chaîne pour que jamais plus il n’y ait d’arrêt dans le quotidien des Français. Les marketplaces ont le savoir-faire, le réseau et la proximité pour répondre aux attentes des automobilistes. Elles seront aussi un levier de taille pour les constructeurs en tant que canal de distribution.

Circuler, c’est une liberté qui mérite que l’on mette tous les moyens en œuvre pour la promettre aux Français. 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *