Brève : avertisseurs de radars : bientôt la fin ?

Vous avez dû l’entendre cette année, les députés veulent interdire le signalement de certains contrôles routiers sur les applications ou boîtiers GPS anti-radars. Waze, Tomtom, Coyote… Quel sera l’avenir des avertisseurs de radars en 2020 ? Carventura vous explique les principaux changements envisagés.

Quels sont les avertisseurs de radars ?

Plusieurs acteurs existent pour vous alerter sur les radars fixes et mobiles présents autour de vous. Ils nécessitent bien évidemment un GPS et une connexion internet. En voici 3 bien connus :

  • L’application Waze
  • Le boîtier Coyote
  • Le GPS Tomtom

Les restrictions à envisager pour 2020

Un projet d’amendement porté par le parti LREM vise à brouiller les avertisseurs de radars. Pour le moment, la fin de l’alerting des radars est envisagé uniquement à certains moments et à certains endroits. Pour faire simple, l’objectif est de brouiller les alertes aux radars lors du plan Vigipirate, d’alertes enlèvements et de contrôles d’alcoolémie ou de stupéfiant.

La députée LREM Zivka Park a d’ailleurs déclaré vouloir « brouiller les messages envoyés par ces applications non pas dans le cadre de contrôles de vitesse, mais pour des opérations antiterroristes, des alertes enlèvements, des barrages effectués suite à l’évasion de personnes dangereuses, mais aussi des contrôles d’alcoolémie ou de stupéfiants » lors d’une interview avec le Parisien.

À propos du projet :

  • 9 Janvier 2018 : Mesure évoquée pour la première fois au Comité interministériel de sécurité routière (CISR) par le Premier Ministre Édouard Philippe
  • 29 mai 2019 : Amendement n°2913, article 31 – porté par le parti LREM visant au signalement des contrôles routiers
  • 14 Juin 2019 : adoption de l’amendement n°2913

Ce qu’il faut en déduire :

  • Dès 2020, les avertisseurs Waze, Coyote et Tomtom ne transmettront plus toutes les informations permettant d’éviter le contrôle par radar et les mesures visant à la sécurité routières pourront être plus restrictives.
  • Les contrôles devraient donc être plus fréquents (si l’on tient compte d’une baisse de signalement de radars par les avertisseurs)
  • Le point positif de cet amendement reste tout de même l’amélioration de la sécurité routière, notamment avec les contrôles d’alcoolémie ou de stupéfiants, car rappelons le 3 259 personnes ont perdu la vie sur les routes de France métropolitaine en 2018.
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *