L’impact du coronavirus sur le marché de l’automobile

Coronavirus, Covid-19, ces mots sont à la bouche de tout le monde… Et pourtant, derrière ce virus, c’est toute l’industrie mondiale qui devient fébrile. Baisse de la bourse, fermeture des écoles… Et si le marché de l’automobile était aussi touché ? Zoom sur un fait d’actualité qui va toucher l’économie mondiale et le marché de l’automobile.

Ralentissement des productions automobile

Depuis février, les usines de productions asiatiques ont fermées ce qui impact le marché automobile quant à sa productivité.
En effet, la Chine représente 40% de la production mondiale et, outre les principaux constructeurs mondiaux, les fournisseurs de pièces détachées et de composants sont implantés proche des usines automobile. On note donc une baisse de production côté constructeurs (Renault et PSA) mais aussi d’autres acteurs de l’automobile tels que Michelin et Valéo. Carlos Tavares (PDG du Groupe PSA) faisait d’ailleurs« le point » ce 04 mars 2020 lors de son interview pour lepoint.fr : « Sur le marché européen, nous avons une équipe pour assurer l’approvisionnement des activités. Notre outil industriel européen tourne à plein, compte tenu du succès commercial, avec un carnet de commandes exceptionnel, notamment pour l’Opel Corsa et les Peugeot 2008 et 208. Pour ce qui est de la Chine, la région de Wuhan a été placée en quarantaine par les autorités chinoises. Nous serions en mesure de reprendre l’activité à partir du 11 mars prochain. Nos approvisionnements en provenance de Chine ne représentent que 3 à 4 % du total. ». Une nouvelle plutôt encourageante mais qui montre cependant notre dépendance au marché Chinois. Et donc, faut-il s’attendre à une potentielle hausse des prix si l’approvisionnement reste bloqué pendant quelques nouvelles semaines ?

Bon à savoir : Un jour d’arrêt de production coûte à Hyundai 100 Millions de Dollars


Mais aussi une baisse visible sur les ventes

En février 2020, l’alarme avait sonnée sur le marché chinois : durant la première quinzaine de février, la baisse des ventes avait été estimée de 92%. Un mois après, le bilan se confirme : moins de 5000 véhicules vendus la première quinzaine de février contre 60 000 à la même période l’an dernier. Un impact considérable pour certains constructeurs internationaux tels que Volkswagen qui écoule 40% de sa production sur le sol chinois. Mais cette épidémie se propage et la baisse des ventes se voit aussi sur le marché Européen…

Le marché Allemand, par exemple, commence lui aussi à ressentir les effets de la propagation du coronavirus : Peter Fuß, analyste chez EY, annonçait qu’ « il est très probable que nous assistions encore à une baisse à deux chiffres de pourcentage des nouvelles immatriculations au cours des prochains mois » mais reste tout de même optimiste : la situation pourrait « se normaliser à nouveau au second semestre en cas de recul rapide de l’épidémie ».
—> Lire l’article lié sur Capital


Salons automobiles : et si le prochain salon était le mondial de l’auto 2020 ?

En tant qu’acheteur de voiture ou simple passionné, les salons restent particulièrement intéressants pour découvrir les nouveaux modèles des constructeurs. Outre notre attrait en tant que particuliers qui nous intéressons à l’automobile, ces salons ont un véritable impact sur le marché… Petit à petit, par mesure de prévention, les salons automobiles s’annulent…

Salon de l’automobile de Genève
Le salon qui devait se tenir jusqu’au 15 mars 2020 a été annulé. Cela engendre des coûts perdus pour les constructeurs sans pour autant bénéficier de la visibilité associée (retombées médiatiques + visiteurs (estimés à 600 000 personnes)).

Bon à savoir : si vous aviez prévu d’aller au salon de Genève, un remboursement des billets est prévu.

Salon Auto-Retro de Dijon
Le salon qui devait se tenir du 13 au 15 mars 2020 a lui aussi été annulé en raison de l’épidémie du coronavirus. La direction de Congrexpo a d’ailleurs déclaré « En sa qualité d’organisateur, Dijon Congrexpo se doit également d’assurer la sécurité de tous. »
—> lire l’article sur FranceBleu


Et si on finissait par une note positive ?

Ce virus nous permettra peut être d’avoir un meilleur impact environnemental. Rappelons le, la Chine profite d’un faible niveau de pollution suite à la fermeture des usines. Et si c’était le moment de revoir l’économie mondiale ?

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *